L’Abbaye d’Asniéres sise à Cizay-LA-MADELEINE (49700) cherche un acquéreur.

 

D’abord cédé pour 95 000 € à un particulier par le Conseil général, son actuel propriétaire, ce bien immobilier de Cizay-la-Madeleine (49700) suscite un vif débat. Au point que le président du conseil général du Maine-et-Loire le propose désormais à la commune.

Quelle est la situation de l’abbaye d’Asnières, à Cizay-la-Madeleine ?

Cette abbaye du XIIe siècle, située dans le Saumurois, est devenue un sujet polémique ces dernières semaines. Le Département, propriétaire, a décidé de la vendre. Il s’apprêtait à finaliser l’opération avec un acheteur, maçon habitant la commune. Problèmes : le prix de 95 000 €, soit seulement 5 000 € de plus que l’évaluation des Domaines, a fait sursauter le maire de la commune, Louis Beaumont ; et la qualité de l’acheteur, dont le frère, conseiller municipal, est aussi agent au service patrimoine du conseil général.

Quelles ont été les réactions ?

Elles sont nombreuses. A commencer par celle du maire de Cizay-la- Madeleine. Depuis, Sophie Saramito, conseillère régionale socialiste originaire de Saumur, s’est émue de cette vente. Ses amis politiques au conseil général, leur chef de file Jean-Luc Rotureau en tête, voient plutôt d’un bon oeil le principe de cette vente d’un élément du patrimoine, « quelque chose que l’on réclame depuis plus de deux ans », pour récupérer des fonds dans « le contexte d’un budget très difficile, très tendu ». Tout en reconnaissant la nécessité de « contacts plus étroits avec la commune intéressée ». 

  Le Département vient d’annoncer son intention de proposer l’abbaye en priorité à la commune.  

 « En septembre 2010, nous lui avions proposé de devenir acquéreur, mais pas dans un cadre formalisé, rappelle le président du conseil général. On a commencé par-là. Mais la commune n’était pas intéressée. Donc faisons comme si nous étions en 2010. » Sauf que deux années se sont écoulées et que l’évaluation des Domaines est intervenue depuis. « Ils ont reconnu que ça avait été fait dans la précipitation », glisse l’édile de Cizay.

Quel est le nouvel enjeu ?  

 Le maire Louis Beaumont doit désormais soumettre cette question à son conseil municipal, le 19 novembre prochain. « La balle est dans notre camp », reconnaît-il. D’autant que des travaux estimés à 350 000 € sans compter les frais d’entretien de ce bâti classé aux Monuments historiques risquent de peser très lourd. De son côté, Christophe Béchu refuse de parler de reculade. Il garde d’ailleurs son premier acheteur en réserve, au cas où. En fait, cette proposition pourrait servir à faire taire les critiques, en anticipant un forfait de la commune. Les questions autour des conditions de cette vente commencent à parasiter son image de candidat potentiel aux municipales à Angers.

Josué JEAN-BART.  Maville.com  

http://www.angers.maville.com/actu/actudet_-La-vente-de-l-abbaye-d-Asnieres-en-questions_une-2235942_actu.Htm

Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article a été publié dans MAGDALA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s