Un cimetière disparu depuis le XVII éme retrouvé à Limoges, rue du Pont Saint Etienne.

1503360_10152708667450784_4541470634283400251_n Le bureau d’étude archéologique Evéha suit de près les travaux de voirie de la rue du Pont-Saint-Etienne, d’autant que le haut de l’artère a été construit sur le cimetière de la paroisse Saint-André disparu depuis le XVII siècle. – Georges Vergnol

À l’occasion de travaux d’assainissement et de voirie menés par Limoges Métropole, des tombes ont été exhumées. Sans doute une partie du cimetière oublié de la paroisse Saint-André.

Les ossements découverts datent vraisemblablement du Moyen Âge. Ils se trouvent à l’emplacement de l’ancien cimetière de la paroisse Saint-André.

Lorsque l’église paroissiale fusionne avec Saint-Domnolet et que les Carmes Déchaux s’établissent dans l’ancien prieuré de Saint-André, ledit cimetière est abandonné. On est au XVII e siècle et on perce la partie haute de la rue pour faire la jonction avec la rue Porte-Panet. Les habitations existantes datent également de cette époque. Quant à l’église Saint-André, elle ne sera détruite que bien plus tard. À sa place, les immeubles au bas du boulevard des Petits-Carmes.

À Limoges, c’est sans surprise : à chaque fois que l’on creuse, on tombe sur des vestiges. Inévitablement, lorsque les pelleteuses de l’Agglo ont attaqué, en novembre dernier, le revêtement en pavés et gazettes de la rue du Pont-Saint-Etienne (*), elles ont buté sur des sarcophages. C’est d’autant moins une surprise qu’une petite opération de fouilles avait été réalisée il y a deux ans par le bureau d’étude Evéha. À l’époque, elles avaient déjà indiqué l’existence dudit cimetière.

En fin de semaine dernière, ce sont sept tombes qui ont été découvertes. Lundi matin, l’équipe encadrée par Peggy Poulain, l’archéologue de la société Evéha, a achevé les premiers prélèvements. Les ossements seront étudiés en laboratoire pour définir les sexes, âges et pathologies. « Notre but est d’identifier la population enterrée ici », explique la spécialiste qui restera en veille durant toute la durée des travaux. Car, à n’en pas douter, d’autres tombeaux vont sortir de terre.

« On va continuer à ouvrir la rue et on en trouvera encore dans les jours qui viennent », prévient Guillaume Demeure, délégué scientifique régional sud-ouest du bureau d’étude archéologique Evéha. Une partie du cimetière de la paroisse Saint-André refait surface, alors qu’il est tombé dans l’oubli au XVII e siècle.

(*) Il s’agit d’importants travaux d’eau, d’assainissement et de voirie qui se dérouleront en deux grandes phases jusqu’en septembre 2015. Leur montant s’établit à 326.000 € : 258.000 € pour Limoges Métropole et 68.000 € pour la Ville. Dans la phase finale, la rue devrait être réaménagée, comme précédemment, avec des gazettes et des pavés sciés.

Maryline Rogerie
maryline.rogerie@centrefrance.com

 

 

http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/departement/haute-vienne/limoges/2015/02/10/sept-sepultures-medievales-mises-au-jour-rue-du-pont-saint-etienne_11324184.html

 

Le bureau d’étude archéologique Evéha suit de près les travaux de voirie de la rue du Pont-Saint-Etienne, d’autant que le haut de l’artère a été construit sur le cimetière de la paroisse Saint-André disparu depuis le XVII siècle. – Georges Vergnol

À l’occasion de travaux d’assainissement et de voirie menés par Limoges Métropole, des tombes ont été exhumées. Sans doute une partie du cimetière oublié de la paroisse Saint-André.

Les ossements découverts datent vraisemblablement du Moyen Âge. Ils se trouvent à l’emplacement de l’ancien cimetière de la paroisse Saint-André.

Lorsque l’église paroissiale fusionne avec Saint-Domnolet et que les Carmes Déchaux s’établissent dans l’ancien prieuré de Saint-André, ledit cimetière est abandonné. On est au XVII e siècle et on perce la partie haute de la rue pour faire la jonction avec la rue Porte-Panet. Les habitations existantes datent également de cette époque. Quant à l’église Saint-André, elle ne sera détruite que bien plus tard. À sa place, les immeubles au bas du boulevard des Petits-Carmes.

À Limoges, c’est sans surprise : à chaque fois que l’on creuse, on tombe sur des vestiges. Inévitablement, lorsque les pelleteuses de l’Agglo ont attaqué, en novembre dernier, le revêtement en pavés et gazettes de la rue du Pont-Saint-Etienne (*), elles ont buté sur des sarcophages. C’est d’autant moins une surprise qu’une petite opération de fouilles avait été réalisée il y a deux ans par le bureau d’étude Evéha. À l’époque, elles avaient déjà indiqué l’existence dudit cimetière.

En fin de semaine dernière, ce sont sept tombes qui ont été découvertes. Lundi matin, l’équipe encadrée par Peggy Poulain, l’archéologue de la société Evéha, a achevé les premiers prélèvements. Les ossements seront étudiés en laboratoire pour définir les sexes, âges et pathologies. « Notre but est d’identifier la population enterrée ici », explique la spécialiste qui restera en veille durant toute la durée des travaux. Car, à n’en pas douter, d’autres tombeaux vont sortir de terre.

« On va continuer à ouvrir la rue et on en trouvera encore dans les jours qui viennent », prévient Guillaume Demeure, délégué scientifique régional sud-ouest du bureau d’étude archéologique Evéha. Une partie du cimetière de la paroisse Saint-André refait surface, alors qu’il est tombé dans l’oubli au XVII e siècle.

(*) Il s’agit d’importants travaux d’eau, d’assainissement et de voirie qui se dérouleront en deux grandes phases jusqu’en septembre 2015. Leur montant s’établit à 326.000 € : 258.000 € pour Limoges Métropole et 68.000 € pour la Ville. Dans la phase finale, la rue devrait être réaménagée, comme précédemment, avec des gazettes et des pavés sciés.

Maryline Rogerie
maryline.rogerie@centrefrance.com

 

 

http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/departement/haute-vienne/limoges/2015/02/10/sept-sepultures-medievales-mises-au-jour-rue-du-pont-saint-etienne_11324184.html

Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans HISTOIRE DE LIMOGES, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s