P.OL 4 – PROCESSION ANNUELLE DE LA SAINT MARTIAL DES ARDENTS

I. Le trajet de la procession nocturne                             La  procession  aux flambeaux  qui s’ébranle traditionnellement , lors de la fête de la mi- novembre,  du parvis  de l’église saint Joseph vers 19H15 , donc de nuit, derrière des reliques de saint Martial vers le Mémorial Saint-Martial-des-Ardents au Montjovis suit traditionnellement le parcours suivant .                                   – Rue des Coopérateurs,                                                               – Rond-Point Margaine,                                                               – Rue Lesage,                                                                                 – Avenue Berthelot,                                                                      – Avenue Montjovis,                                                                      – Rue de l’Hermitage,                                                                   – Rue du Désert                                                                              Tout est symbolique dans ce trajet . Le départ qui est donné de l’église saint Joseph , aprés la messe d’action de grâces, rappelle que cette église est l’héritière de celle de saint Martial du Montjovis bâtie  sur la sainte colline de façon à rappeler la grâce que les Aquitains  obtinrent en ce lieu même lors ce qui allait denenir les premières des ostensions le 12 novembre 994. Vous pourrez retrouver  le souvenir de ce  que cette église, détruite à l’occasion de la révolution française, fût en activant le lien suivant, sur ce blog même ( dessin de David Gattegno, participant à nos Rencontres littéraires  en bas du recto) :                                                                                   https://fetedelasaintmartialdesardents.wordpress.com/2012/01/26/le-sachet-de-loupiotes-vendues-lors-de-la-saint-martial-des-ardents-samedi-12-novembre-2011/  et en cherchant la troisième image, celle de saint Martial. L’arrivée se situe devant le mémorial de la Saint Martial-des-Ardents, soigneusement entretenu par la ville de Limoges,  à une cinquantaine de mêtres des restes de l’ancienne église dont il était parlé supra dans le paragraphe  traitant du départ de la procession. Entre ces deux points fixes, le trajet est riche d’autres éléments symboliques .                                                                                                                                                 Voici par exemple, en haut à gauche de la rue Marcellin Berthelot la plaque commemorative  posée  sur la maison qu’habitat le général Valin , héros dela résistance.  Ou encore apposée  sur une des maisons  construites en surplomb   du tunnel livrant le passage à la voie SNCF conduisant à Angoulême   une statue de celui qui est  vraiment chez lui en ce quartier du Mont Jovis,  à savoir: saint Martial.                                                                 Il sera très bien d’illuminer ce parcours en posant , comme le peuple  le fait  à Lyon , notamment,  des loupiotes, même fabriquées de façon artisanale, aux fenêtres en signe de souvenir du miracle de 994, de reconnaissance et de gratitude pour les innombrables grâces obtenues depuis plus de mille ans.                                                      Nous parlions tout à l’heure d’éléments fortement   symboliques . Que peut on rêver de mieux que le passage par ces deux rues au nom qui évoquent la présence, pendant de si longues années, d’un ermite retiré dans sa solitude (son ermitage , son désert)  , retiré dans sa solitude choisie de façon à prier pour la ville et pour ses habitants?  Vous noterez l’humour involontaire (?) des services techniques qui ont indiqué qu’il n’y a pas d’autre solution – voyez le sens unique-pour être heureux dans la vie que de se retirer au désert.

II. Les événements miraculeux  commémorés                                                                                                      Vieux de  plus de mille ans  (994- 201…), il n’est pas sans interêt de les rappeler  et de les rappeler en les situant dans un contexte plus vaste, celui des guérisons miraculeuses  dues à l’intercession des saints. Ces événements sont plus fréquents que les esprits forts ne feignent de le croire. La preuve en est qu’un colloque s’est tenu à Gaillac (81600)  les  9, 10,11 décembre 2005 sur le thême  « Espaces thérapeutiques, saints guérisseurs et autres intercesseurs »                                                        http://www.culture.gouv.fr/mpe/recherche/pdf/R_478.pdf                                                   http://www.talvera.org/multilang/publication-102.html

III. Les participants à la procession

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s